Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 14:27

Pour la troisième fois, la France va organiser un événement footballistique majeur, après l'Euro 1984 et la Coupe du monde 2008. 1,7 milliard d'euros seront investis dans la construction de quatre stades et la rénovation de huit autres.

on-remet-ca.jpg Avec Michel Hidalgo, j'ai eu la chance d'écrire un ouvrage sur les coulisses de l'Euro 84, première épreuve où nous sommes sortis vainqueurs avec un Platini exceptionnel.

Sept voix contre six. La France, pour une petite voix, a été désignée pour organiser l'Euro 2016 au détriment de la Turquie. La victoire est courte, mais les retombées économiques et financières seront sans doute conséquentes, pour le football en particulier et pour le sport, en général.

Un chiffre pour illustrer la volonté du pays d'organiser cet événement majeur : 1,7 milliard d'euros. Il s'agit du montant total investi dans la construction de quatre stades (Lille, Lyon, Nice et Bordeaux) et la rénovation de huit autres (Paris, Lens, Toulouse, Saint-Etienne, Nancy, Saint-Denis, Strasbourg et Marseille). 61% de cette somme seront financés par le secteur privé. Selon une étude publiée par le specialiste du sponsoring et marketing sportifs, Sportifive, ces rénovations génèreront 183 millions d'euros de recettes additionnelles annuelles pour les clubs professionnels français.

 

Capacité moyenne des stades : de 27.000 à 35.000 places

 

«Grâce à ce projet, la France va pouvoir moderniser les infrastructures sportives et offrir au football français un projet mobilisateur pour les dix prochaines années tout en créant un effet positif et durable sur le pays», a déclaré Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football (FFF), présent à Genève, au siège de l'UEFA, aux côtés notamment du président de la République, Nicolas Sarkozy, qui est venu en personne soutenir la candidature de la France.

«Après 2014, la capacité moyenne des stades français passera de 27.000 à 35.000 spectateurs», a ajouté Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel.

Parmi les atouts majeurs du dossier français : la promesse de retombées importantes pour l'UEFA. De 1992 à 2008, l'Euro, organisé tous les quatre ans en alternance avec la Coupe du monde, a enregistré une croissance gigantesque de ses revenus : de 61 millions d'euros en 1992 à 1,25 milliard d'euros en 2008. De l'aveu de Jean-Pierre Escalettes. «On peut considérer que les revenus issus de la billeterie et de l'hospitalité pourraient être multipliés par 2 voire 2,5 par rapport à ceux enregistrés au cours de l'Euro 2008».

9795.jpg Michel Platini, président de l'UEFA, a anoncé ce matin la bonne nouvelle

 

19.000 emplois générés

 

La FFF a d'ores et déjà précisé que l'obtention de l'organisation va générer «15.000 emplois pour la phase de reconstruction et de rénovation et 4.000 emplois durables». Une aubaine pour certaines régions. «Organiser une telle compétition, c'est la possibilité de laisser derrière nous un très bel héritage», a assuré Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de football professionnel (LFP).

Les deux dernières compétitions de football organisées sur le sol français, l'Euro 1984 et la Coupe du monde 1998 s'étaient soldées par deux victoires . Espérons que l'Euro 2016 soit couronné d'un succès sportif.

 

 


 

La France, qui organisera l'Euro 2016, s'appuiera sur un parc de douze stades, dont trois seront désignés comme stades de réserve d'ici au 28 mai 2011.

BORDEAUX

Population (agglomération): 660.000 personnes

Stade: nouveau Stade

Capacité nette UEFA: 42.566 places

Livraison: décembre 2014

Budget: 200 millions d'euros

LENS

Population (agglomération): 252.000 personnes

Stade: Stade Félix-Bollaert

Capacité nette UEFA: 40.113 places

Livraison: mars 2014

Budget: 111 millions d'euros

LILLE

Population (agglomération): 1.125.000 personnes

Stade: Grand Stade

Capacité nette UEFA: 47.882 places

Livraison: juillet 2012

Budget: 324 millions d'euros

LYON

Population (agglomération): 1.417.000 personnes

Stade: Grand Stade OL

Capacité nette UEFA: 57.628 places

Livraison: décembre 2013

Budget: 320 millions d'euros

MARSEILLE

Population (agglomération): 1.024.000 personnes

Stade: Stade Vélodrome

Capacité nette UEFA: 65.000 places

Livraison: juin 2014

Budget: 151 millions d'euros

NANCY

Population (agglomération): 266.000 personnes

Stade: Stade Marcel Picot

Capacité nette UEFA: 33.067 places

Livraison: juin 2013

Budget: 60 millions d'euros

NICE

Population (agglomération): 523.000 personnes

Stade: Grand Stade

Capacité nette UEFA: 33.470 places

Livraison: juin 2013

Budget: 184 millions d'euros

PARIS

Population (agglomération): 11.600.000 personnes

Stade: Parc des Princes

Capacité nette UEFA: 40.058 places

Livraison: octobre 2014

Budget: 80 millions d'euros

SAINT-DENIS

Population (agglomération): 341.000 personnes

Stade: Stade de France

Capacité nette UEFA: 76.474 places

Budget: 10 millions d'euros

SAINT-ETIENNE

Population (agglomération): 397.000 personnes

Stade: Stade Geoffroy Guichard

Capacité nette: 39.327 places

Livraison: juin 2014

Budget: 75 millions d'euros

STRASBOURG

Population (agglomération): 474.000 personnes

Stade: Stade de la Meinau

Capacité nette UEFA: 36.645 places

Livraison: juillet 2014

Budget: 160 millions d'euros

TOULOUSE

Population (agglomération): 670.000 personnes

Stade: Stadium Municipal

Capacité nette UEFA: 37.050 places

Livraison: avril 2014

Budget: 56 millions d'euros

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Sport
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 08:27

 

Je poursuis ma campagne d’information sur l’emploi des jeunes. En mettant en exergue la professionnalisation et l’apprentissage.

Aux Pyramides du Port-Marly, le public avait répondu en nombre à cette invitation. Un grand merci à Benno Feingold son PDG et Suzie d’Aigremont sa directrice générale pour leur accueil.

ko-emploi-pyra.JPG

Revenons à l’emploi.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

En France, taux de chômage pour les jeunes, 20%

En Allemagne, 10%

Mais, en Allemagne, le nombre d’apprentis est évalué à 1.500.000

En France, on atteint à peine les 500.000.

Ceci explique en partie cela.

500 métiers sont accessibles via l’apprentissage.

Le taux de retour à l’emploi est deux fois plus rapide via l’apprentissage.

ko-dedi-pyra.JPG

Autant de paramètres sur lesquels je m’appuie dans mon ouvrage « Y’a du boulot pour les  jeunes » aux éditions du Rocher.

 

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Politique
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 22:46

Ce week-end, j'ai eu la chance de participer aux festivités consacrées à l'hommage à Eric Carrière. L'ancien international passé par Nantes, Lyon et Lens a disputé son dernier match avec le club de Dijon (Ligue 2).

Tout au long des deux saisons qu'Eric a passées au DFCO, nous avons eu la chance de cotoyer un personnage a-typique, simple, sincère et généreux, à l'image de ce qu'il représentait lorsque il était champion de France, ou encore, meilleur joueur de notre championnat en 2001.

 

http://www.facebook.com/notifications.php#!/photo.php?pid=3876718&op=1&view=all&subj=827022452&id=848999567

 

 

 

Autour du président Bernard Gnecchi et de Antony Buonocore, le top des animateurs-speakers du parc des sports, Eric a reçu l'hommage qu'il méritait en retrouvant ses amis. Un certain Sonny Anderson en tête.

Un grand moment pour fêter un grand Monsieur!

 

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Sport
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 15:53

Pour lire l'article paru ce jour sur purepeople.com, merci de cliquer sur le lien ci dessous

 

 

link 

 

 

 

Beaucoup d'encre a coulé depuis ce 18 novembre 2009 où, sous l'oeil de millions de téléspectateurs (bien aidés par la technologie des caméras) aux mains moites d'envisager une non-qualification des Bleus pour le Mondial, Thierry Henry donna le coup de main décisif qui expédia la France en Afrique du Sud aux dépens de l'Eire. Beaucoup d'encres, même, de couleurs différentes, qui se retrouvent comme dans un album de coloriage pour les grands et les footeux, compilés dans l'ouvrage Thierry Henry, La main maudite.

En couverture de ce livre, paru fin avril, une image figée, intransigeante, celle de l'adulé Titi, meilleur buteur de l'histoire sous la tunique bleue, maintenant le ballon dans l'aire de jeu de la main, pour ensuite le transmettre à William Gallas qui n'a plus qu'à plonger pour le mettre dans les filets. Une image que... personne n'a vue en vitesse réelle, ni au Stade de France, ni à la télévision.

main-maudite.jpg

Alors que Thierry Henry est évidemment apparu sur la liste des 23 joueurs qui composeront la sélection tricolore pour la Coupe du Monde dévoilée ce 11 mai par Raymond Domenech, cette version 2010 de la "main de Dieu" du pibe de oro est une des balafres - avec l'affaire de proxénétisme éclaboussant Franck Ribéry - encore à vif qui accompagneront les Bleus dans l'hémisphère sud.

Témoin de cette poussée d'hystérie collective, Karl Olive, journaliste, communicant mais également... ex-arbitre de foot, a voulu la restituer en quelque 200 pages et cinquante témoignages, évoquant le discrédit jeté sur le foot français en même temps que le lynchage "trop facile" de l'avant-centre qu'on a désigné comme handballeur dans les jours qui ont suivi les faits. Anecdotes, clashes, immoleurs d'idoles et stoïciens imperturbables, ceux qui se mouillent et les autres, footeux retraités ou en activité, etc. : le tourbillon médiatique en condensé... Très révélateur à bien des égards. In fine, la parole est à l'intéressé/incriminé, avant un épilogue érigé sur les cendres de ce qui fut le fair-play.

Evidemment, Thierry Henry, La main maudite, publié aux Editions du Rocher, ne changera rien à l'histoire. Mais si la malédiction n'est pas rapidement conjurée, il sera toujours le temps de le feuilleter avec nostalgie si les Bleus partent en vacances prématurément le mois prochain...

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Sport
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 07:55

 

C’est avec une très grande émotion que j’ai déposé samedi une gerbe aux monuments aux morts de Poissy à l’occasion du 65ème anniversaire du « 8 mai 1945 ». David Douillet, député de la 12ème circonscription, avait choisi Beynes et Plaisir pour honorer de sa présence. Et m’a demandé de déposer les fleurs en son nom à Poissy. Ce fut pour moi une première très particulière.

 

depot-gerbe-080510.JPG

Notre famille, comme beaucoup d’autres, fut décimée par la seconde guerre mondiale. Et puis, samedi, au même moment, les enfants de l’école primaire Victor Hugo entonnaient au même endroit la Marseillaise. Hugo, mon deuxième fils, en fait partie.

 

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Politique
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 11:55

Thierry Henry, la main maudite 
Karl Olive 
  

separation

 



Il y aura un avant 18 novembre 2009,  et un aprés pour Thierry Henry. Depuis, Il y a un scandale Thierry Henry. C'est ce qu'enseigne, entre autres, la passionante enquête livrée par Karl Olive.
Une lecture à la fois bien rythmée et renseignée, avec des témoignages sans concessions.


«La main maudite». Tel est le titre d'un livre d'enquête sur la fameuse main de Thierry Henry, réalisée lors du match de barrages de qualification à la Coupe du Monde de football, le 18 novembre dernier au Stade de France. Karl Olive, ancien directeur des sports de Canal+, producteur-journaliste, homme de communication, a choisi de revivre cet instant fatidique au travers du regard de ceux qui l'ont vécu, acteurs ou spectateurs. Il a réalisé une enquête minutieuse en interviewant de nombreuses personnalités : Rama Yade, le premier ministre irlandais, Eric Cantona et j'en passe.
Karl Olive promet un décryptage du plus gros phénomène sportif et médiatique de l'année 2009. 

Karl Olive a 40 ans et dirige la société K.O. Production. Il a obtenu sa première carte de presse à l'âge de 19 ans. A la tête d'Yvelines Première, télévision locale de Saint-Germain-en-Laye, et de la direction des sports de Canal +, il a embauché plus de quatre-vingts jeunes en apprentissage. Pas un n'était formé. Tous l'ont été. Et tous évoluent aujourd'hui sur les supports nationaux. Sa recette pour l'emploi : confiance, rigueur et dépassement de soi.


http://www.koproduction.fr/actualites-koproduction.asp?idnews=5151

18 €

Repost 0
Published by Karl OLIVE
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 09:10

Heureux de vous annoncer le dernier né de mes ouvrages. Après « Y’a du boulot pour les jeunes », j’ai proposé aux éditions du Rocher un projet sur la main de Thierry Henry. J’ai fait passer cette balle de main en main. 50 personnalités de tous horizons… Sortie officielle le Vendredi 30 avril 2010…

 

 la-main-titi.jpg

«  Mercredi 18 novembre 2009, Paris, Stade de France, 23 h 33. Martin Hansson, l’arbitre suédois du match de barrages retour pour la qualification à la Coupe du monde 2010, opposant la France à l’Eire (République d’Irlande), siffle la fin de la partie sur le score de 1-1, assurant aux Bleus leur ticket pour l’Afrique du Sud.

     Retour au vestiaire et fin de l’histoire ? Loin de là ! À la cent deuxième minute, au cours de la prolongation, Thierry Henry, capitaine de l’équipe de France, a nettement touché le ballon de la main, avant de centrer vers William Gallas qui a marqué le but de la délivrance.

     Le début d’un tsunami médiatico-sportif planétaire !

     De tous côtés se mettent à déferler des commentaires véhéments tendant à faire d’un geste ayant duré une fraction de seconde l’un des événements marquants de l’année 2009, et toujours d’actualité quelques jours avant le coup d’envoi de la XIXe Coupe du monde de football.

Bien au-delà de la faute elle-même, ce livre apporte un éclairage nouveau sur cet incident de jeu au travers du regard et des réactions d’une cinquantaine de personnalités de tous horizons : comment une simple main sur un terrain de football devient un fait de société générant des opinions les plus extrêmes… 
 
 

     Giovanni Trapattoni, sélectionneur irlandais :

     C’est un meurtre. Il y a cette double faute de main de Henry sur le but de Gallas. Si l’arbitre avait demandé à Thierry Henry, je suis sûr qu’il aurait dit « oui j’ai fait une main dans la surface ». Et c’est l’Eire qui serait aujourd’hui en Afrique du Sud ! 

     Éric Cantona, ancien international :

     Domenech, c’est l'entraîneur le plus nul du football français depuis Louis XVI. La France avait besoin d’un petit coup de main pour se qualifier au Mondial. 

     Christine Lagarde, ministre de l’Économie :

     C’est triste de s’être qualifié sur cette tricherie. Je trouve que cela serait bien dans de telles circonstances de décider de faire rejouer un match.  

     Raymond Domenech, sélectionneur national :

     On ne va pas se faire hara-kiri parce que l’arbitre s’est trompé et cette fois, en notre faveur ! 

     Thierry Henry, auteur de la main :

     Rejouer le match serait la chose la plus équitable. Je suis naturellement gêné  de la manière dont nous avons gagné  et je suis extrêmement désolé  pour les Irlandais qui méritent vraiment d’être en Afrique du Sud. 

     Karl Olive est journaliste, spécialiste en communication et prise de paroles en public. Il est également ancien arbitre de football. »

 

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Sport
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 15:11

Bonjour à tous,

 

Je dédicace mon dernier ouvrage « Ya du boulot pour les jeunes » préfacé par Henri Lachmann, Jean-René Fourtou et Claude Bébéar, samedi 10 avril entre 16h et 19h à Poissy, librairie du Pincerais, 117 rue du général de Gaulle.

Je serais très heureux de vous y accueillir.

Dedicace-Karl-Olive-Le-Pincerais-Poissy-10042010.jpg

 

Y’A DU BOULOT POUR LES JEUNES

 

Karl OLIVE

 

 

 

- Maman, papa, plus tard, je veux être dessinateur, plombier, footballeur, journaliste…

- Passe ton bac d’abord !

 

Quel jeune n’a pas entendu cette rengaine au moment de faire un premier choix d’orientation ?

Et dans bien des cas, l’échec guette. Parce que la filière universitaire traditionnelle, pourtant sérieuse, confine plus à de longues études interminables qu’à une réelle réponse aux aspirations du gamin.

 

Il existe pourtant une filière salutaire, celle de l’apprentissage et sa recette en or : système D première langue, l’antithèse de la frustration.

 

Au travers d’exemples concrets, l’auteur envoie trois messages clairs à cette population grandissante autant volontaire qu’en manque de repères : arrêtez de faire la gueule, il faut y croire, y’a du boulot pour les jeunes…

 

 

Karl Olive a 40 ans et dirige  la société K.O. Production. Il a obtenu sa première carte de presse à l’âge de 19 ans.  A la tête d’Yvelines Première, télévision locale de Saint-Germain-en-Laye, et de la direction des sports de Canal+, il a embauché plus de 80 jeunes en apprentissage. Pas un n’était formé. Tous l’ont été. Et tous évoluent aujourd’hui sur les supports nationaux.

Sa recette pour l’emploi : confiance et rigueur. Son témoignage  imparable est un formidable espoir pour cette  jeunesse diversifiée.

Repost 0
Published by Karl OLIVE
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:36

A l’invitation des éditions du Rocher, j’ai eu le privilège de faire une séance de dédicaces de mon ouvrage en début de week-end porte de versailles au salon du livre.
ko-salon-livre.jpg

Deux heures d’échange avec les jeunes et moins jeunes pour leur dire : « Ya du boulot pour les jeunes ».

Prochain rendez-vous : Samedi 10 avril de 16h à 19H, librairie du Pincerais à Poissy

Repost 0
Published by Karl OLIVE
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:17
Bonjour à tous,

les Editions du Rocher me font l'honneur de m'inviter ce samedi pour mettre en avant une séance de dédicaces de mon ouvrage "Y'a du boulot pour les jeunes".

De 13h à 14h, je serais heureux de vous accueillir sur le stand pour échanger ensemble sur l'apprentissage et la professionnalisation.

Merci de votre soutien.

couve yaduboulotpourles jeunes 220210

AVANT PROPOS

« Passe ton bac d’abord ! ».  Combien de fois n’ai-je pas entendu cette réflexion. A la question du jeune qui met en éveil son orientation professionnelle, les parents ne prennent pas de quartier. Ce sera d’abord le bac, ensuite la fac et après on verra !

Et pourtant, combien de nos jeunes aujourd’hui trouvent  un emploi à la hauteur de la surdose de diplômes qu’ils ont obtenue après trois, quatre, ou cinq ans d’études? Faites un tour d’horizon autour de vous. Et comme moi, dans la majorité des cas, vous conclurez: Tout ça pour ça !

La proportion de cette génération de « gradés  sans boulot » inquiète sans qu’on ne prenne finalement la mesure de son échec récurrent.

Alors non, l’heure n’est pas au dénigrement. L’enseignement, les filières universitaires et les grandes écoles sont un gage exceptionnel de sérieux et de savoir-faire en France. Nul ne le conteste. Mais sûrement pas et malheureusement plus un gage d’emploi à la sortie de la scolarité. Cela se saurait.

Vous, parents, devez-vous systématiquement persévérer unilatéralement dans cette voie du bac d’abord, de la fac ensuite pour votre fille ou votre fils, si votre enfant n’est pas fait pour les études ?

Le résultat est souvent garanti. Ce sera pour elle, pour lui, l’école de la frustration, et pour vous, dans bien des cas, l’école de la rancune.  Pourquoi ? Parce que votre gamin vous en voudra de ne pas lui avoir donné la chance d’atteindre son objectif à lui, à sa manière, quand bien même il était différent du vôtre !

Et vous, les jeunes, allez-vous enfin arrêter de « faire la gueule » dans votre quête d’emploi en rejetant toujours la faute sur la société, le système éducatif, la crise, les parents ?…  En prenant la posture du martyre quand une annonce, un entretien ou un contact n’ont pas débouché. Non, ce n’est pas la fin du monde.

Oui, il existe des voies alternatives pour l’emploi des jeunes. Où les diplômes sont substitués dans un premier temps par l’envie, la détermination et le terrain. Je veux parler de l’apprentissage et la professionnalisation.

Ce sont ces voies que j’explore et que je vous fais partager dans cet ouvrage. Leur succès ne se dément pas mais reste encore mal interprété et méconnu dans nos contrées. Chez nous, la professionnalisation est toujours considérée injustement comme le parent pauvre des études. En Allemagne, son engouement ne cesse de croître.

Au fil de ma carrière de journaliste et de directeur de rédactions, j’ai embauché près d’une centaine de jeunes entre 18 et 25 ans. La très grande majorité en échec scolaire, sociale, sociétale.

Tous, sans exception, ont été formés aux métiers du journalisme, via des contrats de qualification. Tous, sans exception,  sont aujourd’hui en plein emploi dans des télévisions nationales et internationales, presse écrite, radios, boîtes de production. ..

Tous enfin croquent aujourd’hui à pleines dents la vie qu’ils avaient du mal à esquisser hier  car on leur avait dit : le bac d’abord, la fac ensuite et après on verra…

« Mes » jeunes ressemblaient aux jeunes d’aujourd’hui. Comme un calque. Ils se laissaient engouffrer dans une voie qu’on leur imposait, laissant à leur proche puis à la société le soin de leur choisir un fragile et hypothétique destin.

Et puis, il y a eu cette rencontre avec la professionnalisation qui leur a permis de se prendre en main. De devenir acteur de leur vie et non plus spectateur de celle des autres. Du façonnage!

Le secret : y croire et en vouloir. Aussi simple sur le papier qu’accessible sur le terrain.  Mais attention, la professionnalisation nécessite autant sinon plus d’exigences que le circuit scolaire.

On ne demande pas de diplômes ici à l’entrée– même s’ils seront obtenus en fin de formation-, on parle d’envie. Elle se cultive.

On ne parle pas d’états d’âme ici, on parle confiance. Elle s’acquiert.

On ne parle pas de dilettante ici, on parle rigueur. Elle s’inculque.

L’envie, la confiance et la rigueur ont permis à ces jeunes de bousculer des montagnes.

J’ai tenté de leur transmettre cette force de penser que le plus beau reste à venir dès lors qu’on y croit au plus profond de soi. Mais surtout, j’ai respecté cette jeunesse, au départ boudeuse, réfractaire, en manque de repères… Ces jeunes « qui font la gueule » parce que, soi-disant,  il n’y a pas de boulot pour eux, que les boulots proposés au compte-gouttes ne sont pas à la hauteur de leurs attentes et de leurs « assedics » ! 

J’ai toujours  valorisé ces jeunes dans leurs richesses d’hommes. Cette richesse n’a pas de prix. Et les yeux dans les yeux, nous avons fait route commune, pendant au moins deux ans – durée de la formation-, parfois plus, parce que souvent, après la formation en contrat de qualification, il y a « la timbale » de l’embauche chez l’employeur. A âge égal, le patron est tenté de privilégier un jeune formé chez lui -fort de deux ans d’expérience-, à un jeune diplômé qui sort d’école, sans vécu sur le terrain. CQFD.

Je n’ai jamais été une exception, loin de là. Mais j’y ai toujours cru un peu plus que les autres. Quitte à passer pour un joyeux furieux.

En relatant ma formation et mes parcours professionnels, -j’exerce aujourd’hui plusieurs métiers-, j’ai souhaité montrer que l’on pouvait atteindre tous les objectifs que l’on se fixait. Rendre possible l’impossible. A force d’envie, de curiosité et d’esprit positif.

Je donne également quelques clés pour gagner du temps et accélérer certains processus. Ils sont utiles : la sélection naturelle à l’embauche, la présentation flash, le développement de son s réseau personnel –un réseau commence à deux !-, la gestion et l’organisation du temps… Ces ficelles sont simples et gratuites…

Dans cet ouvrage, les témoignages des jeunes qui ont réussi grâce à l’apprentissage, la « surmotivation » et la sueur du front, sont édifiants et criants de vérité. Ils sont surtout porteurs d’un formidable espoir pour toutes celles et ceux qui errent aujourd’hui comme eux erraient hier.

Je crois en la professionnalisation. Mais scolarisés ou non, diplômés ou non, formés ou non, les jeunes méritent plus d’attention encore de notre part. Nous avons un devoir de leur transmettre, sinon un savoir, au moins une farouche volonté de tenter et d’oser.

Le système D « première langue » a encore de beaux jours devant lui. Vous aurez l’occasion de vous en rendre compte dans cet ouvrage.

« Y’a du boulot pour les jeunes » n’est pas une provocation. C’est une affirmation. 

Karl Olive a 40 ans et dirige la société K.O. Production. Il a obtenu sa première carte de presse à l’âge de 19 ans. A la tête d’Yvelines Première, télévision locale de Saint-Germain-en-Laye, et de la direction des sports de Canal+, il a embauché plus de 80 jeunes en apprentissage. Pas un n’était formé. Tous l’ont été. Et tous évoluent aujourd’hui sur les supports nationaux. Sa recette pour l’emploi : confiance, rigueur et dépassement de soi. Son témoignage imparable est un formidable espoir pour cette jeunesse diversifiée.



STAND N24 – Groupe DDB - Samedi 27 mars de 13H à 14H -

Accès à Porte de Versailles

En transport :

 Métro : Ligne 12 / Porte de Versailles - Ligne 8 / Balard

Tramway: Ligne T2 & T3, arrêt Porte de Versailles

Bus: lignes 39 - 80, station Porte de Versailles

Taxis: Taxis G7 : 01 47 39 47 39 / Taxis bleus : 0 891 70 10 10 / Alpha taxi : 01 45 85 85 85

Velib': Station Velib' n° 15061 - 12 square Desnouettes / Station Velib' n° 15049 - 2 rue Ernest Renan / Station Velib' n° 15048 - place Amédée Gordini

 

En voiture :

Depuis les autoroutes A1, A4, A6, A10, A15 :

Prendre direction Paris, accès par le périphérique Ouest, sortie Porte de Versailles

 

Depuis A3, A13, A14 :

Prendre direction Paris, accès par le périphérique Sud, sortie Porte de Versailles

 

Depuis le périphérique : sortie Porte de Versailles

 

Parking: Boulevard Victor – Avenue de la Porte de la Plaine – Rue d’Oradour sur Glane

 

En avion :

Le Parc des Expositions se trouve à 40 minutes de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle par le RER et le métro ou l'autoroute A1, et à 20 minutes de l'aéroport d'Orly par l'autoroute A6

 
Repost 0
Published by Karl OLIVE
commenter cet article

Présentation

  • : Le site de Karl OLIVE
  • Le site de Karl OLIVE
  • : Karl OLIVE, conseiller général des YVelines, et président de l'association Coeur de Poissy, vous souhaite la bienvenue sur son site
  • Contact

Time

Recherche

Météo à Poissy