Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:16

Journaliste sportif puis directeur des programmes sport de Canal+, Karl Olive gère aujourd’hui sa société de production, KO Production. TVFootMag a eu la chance de rencontrer celui qui est désormais conseiller général des Yvelines.

Karl Olive, avant toute chose, quelles sont les émissions sur le foot à la télé que vous jugez être de meilleure qualité ?

Personnellement, je m’intéresse d’abord au produit « foot ». Et sur le produit « foot », aujourd’hui, il n’y a pas 50 émissions. Lorsqu’on est footballeur et que l’on est un passionné de ce sport, il y en a deux à mon sens: pour ceux qui veulent être consommateurs en direct ou presque, il y a « Jour de foot ». Et quand on veut être dans l’analyse et le décryptage, c’est le « Canal Football Club ».

Et toutes les émissions plus poussées comme « Les Spécialistes » par exemple ? 

Ces programmes passent en second plan. Après, je dirais que chacun va voir ce qu’il a envie de prendre. C’est important de savoir que, lorsque l’on est journaliste et qu’on propose une émission, comme cela a été mon cas lorsque j’étais directeur des programmes à Canal+, on fait toujours en fonction de la cible qui est la nôtre.

En l’occurrence, quelle est la cible le samedi soir à 23h ? C’est avant tout une cible de footeux, qui sont tellement assoiffés de ballon rond qu’ils vont venir consommer leur information en direct sur « Jour de Foot ». Après, on va aller dans l’expertise sur le « Canal Football Club » parce qu’on est intéréssé, passionné, et que l’on veut comprendre les schémas tactiques notamment. Et puis derrière, il y a des niches pour les ultra-spécialistes, ultra-consommateurs de foot qui ne vivent que de cela ou presque, avec « Les Spécialistes », « Les Décodeurs », « Les Spécimens », etc.

« Ce que fait BeIn Sport est remarquable »

Quel regard portez-vous sur l’arrivée de BeIn Sport ?

Je crois qu’abondance de bien ne nuit pas. Le foot occupe désormais une telle place dans l’univers des médias qu’ « il y en a pour tout le monde », comme disait Coluche. La donne a changé. Il y a quelques années, lorsque Canal avait le monopole, on prenait un abonnement qui coûtait ce qu’il coûtait, mais c’était aussi le prix de l’exclusivité. Aujourd’hui, on peut avoir deux ou trois abonnements. Ce n’est plus le prix de l’exclusivité mais le prix du partage.

Si vous deviez comparer leurs programmes à ceux de Canal+…

L’école BeIn, c’est l’école Canal ! Tout comme Michel Denisot, Charles Biétry (directeur de BeIn Sport ndlr) est issu de cette école. Mais à mon sens, s’il y a un endroit où il faut être quand on est journaliste sportif, c’est à Canal+ et nulle part ailleurs.

Pour autant, ce que fait BeIn Sport est remarquable eu égard aux moyens qu’ils ont. Il y a plusieurs manières en revanche de traiter le football. Il faut le traiter par rapport à la cible qui est en face de nous. Sur Canal+, il n’y a pas besoin d’expliquer c’est qu’est un 4-4-2 ou un hors-jeu. Sur TF1, on a à faire à un public plus généraliste. Sur BeIn Sport, c’est encore autre chose.

Vous êtes passé par Canal+, ITélé, Cap24. Avez-vous senti une différence dans le traitement de l’information sportive dans chacune de ces chaînes ?

Un match de football, c’est un match de football. Vous pouvez diffuser PSG-OM un dimanche à matin à onze heures sans commentaires, cela fera une très grosse audience. Après on peut faire toutes les fioritures autour, elles passeront dans un second plan.

A titre personnel, vous n’avez jamais regretté les années où vous étiez devant la caméra ?

Je n’ai jamais eu aucun regret. Dans la vie, il faut savoir entrer dans une entreprise, y rester, et savoir en sortir. J’ai passé dix belles années à la direction de Paris Première et dix années exceptionnelles à Canal+. J’ai toujours été un privilégié, voilà l’approche que j’ai toujours eu dans ma vie professionnelle et privée.

Aujourd’hui, j’ai une boîte de production, je suis le plus heureux du monde. Je suis acteur de ma vie et pas spectateur de celle des autres. Je bosse à RTL, je fais des émissions pour la Française des Jeux, je publie des bouquins, je suis conseiller général. Je me porte à merveille.

 

Entretien Ilan Kleinmann pour https://twitter.com/tvfoot_mag

Partager cet article

Repost 0
Published by Karl OLIVE - dans Sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le site de Karl OLIVE
  • Le site de Karl OLIVE
  • : Karl OLIVE, conseiller général des YVelines, et président de l'association Coeur de Poissy, vous souhaite la bienvenue sur son site
  • Contact

Time

Recherche

Météo à Poissy