Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 19:08

 Reportage Virginie Cadieu - Vidéosurveillance-infos.com

 

Vidéosurveillance Infos : Qu’est-ce qui motive si fortement votre combat pour obtenir la vidéoprotection à Poissy ? 

Karl Olive : La vidéoprotection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de Poissy dans le cadre du Contrat local de sécurité (CLS) que je souhaite voir apparaître. Ses objectifs sont de prévenir l’atteinte aux personnes et aux biens dans les quartiers de forte activité où la délinquance constatée est plus importante, d’augmenter le sentiment de sécurité des habitants de Poissy, des visiteurs, des nombreux salariés de Peugeot en transit pour leur travail sur Poissy de Paris, et de sécuriser les bâtiments communaux, espaces publics exposés et nos zones d’activités où les dégradations ne cessent de se multiplier. 
L’action de l’association “Coeur de Poissy” que je préside et notre proximité auprès des habitants nous font rencontrer toutes les semaines des habitants agressés, face à des situations non concevables dans une ville comme Poissy où les délinquants sont libres de droit de leurs actes car ils savent qu’à Poissy, la vidéoprotection n’existe pas alors que toutes les villes voisines limitrophes en sont dotées. 




Vidéosurveillance Infos : Quelles sont vos principales interventions pour obtenir la vidéoprotection ? 

Karl Olive : Depuis la naissance de l’association en 2008, nous n’avons eu de cesse de communiquer à ce sujet. Ces deux dernières années, nous avons organisé des pétitions auprès des habitants : sur le marché, auprès des commerçants et en ligne sur Internet (lire plus haut). 
Nous avons nommé un “Monsieur Vidéoprotection” dans notre association, Pierre André- Verger. Il est chargé de scruter le dossier et de nous faire de propositions concrètes de 
développement à Poissy. C’est ainsi que nous nous sommes rapprochés d’un jeune entrepreneur pisciacais, Patrice Ferrant, l’un des dirigeants de la société Mobotix, très en pointe dans le système de caméras de surveillance. Ses conseils et son expertise sont un atout exceptionnel. Avec lui, nous allons prochainement organiser un vrai débat autour de la vidéoprotection pour bien expliquer ce que c’est. 




Vidéosurveillance Infos : Quelle est l’utilité d’un tel débat ? 

Karl Olive : Il y a encore un vrai amalgame entre vidéoprotection et l’oeil de “Big brother”. Il est donc important pour les Pisciacais d’être bien informés. Les projets de déploiement de la 
vidéosurveillance sont toujours accompagnés d’une charte et d’un comité d’éthique. Il est aussi important de considérer que les systèmes vidéo sont plus souvent utilisés sur dépôt de plaintes comme, par exemple, pour la commune Villennes-sur-Seine, précurseur en la matière. 
Nous pourrions imaginer ne pas avoir d’opérateurs derrière les postes si les Pisciacais ne le souhaitent pas même si la réalité nous montre que les policiers ont une éthique et ne s’intéressent qu’aux malfrats ! Nous devons au moins avoir un poste de visualisation économique et expliquer véritablement comment travaillent les policiers qui deviennent “les anges gardiens” de la ville. 





Vidéosurveillance Infos : Quel dispositif de vidéoprotection envisagez-vous ? 

Karl Olive : Nous suggérons deux types de caméras. Des caméras fixes seraient utilisées par les Policiers ou les Gendarmes nationaux pour l’observation et/ou l’identification a posteriori à des fins judiciaires ou de sécurité publique. L’usage de caméras Haute Définition à champs large ou étroit serait à définir en fonction du besoin fonctionnel (identification, dissuasion et/ou surveillance) rapporté par le référent sûreté. 
Des caméras “double vision” permettraient l’identification des véhicules et des individus afin d’obtenir des éléments permettant de cerner un auteur ou d’orienter une enquête par une double preuve. La police a besoin de détails. Elles seraient positionnées aux endroits adéquats. Les enregistrements permettraient ainsi d’apporter une valeur probante de la situation et de ses détails. 
Quelques caméras dômes vidéo motorisés 360° seraient principalement installées sur la place du marché, de la mairie et de la gare pour les opérateurs à la Police Municipale. C’est un vrai outil qu’attendent les policiers municipaux pour une étroite collaboration avec la Police Nationale qui croule sous les plaintes. 
Pour mener à bien ses enquêtes, il est intéressant de voir que la Police Nationale sur Poissy a besoin de vidéos chaque semaine. Elle travaille conjointement et efficacement avec les polices municipales des villes voisines comme Villennes-sur-Seine. 
Notre objectif est de convaincre le maire de Poissy d’équiper la ville d’un système de vidéoprotection pour sa Police Municipale au service de ses citoyens. 



Vidéosurveillance Infos : Quel budget serait alloué à la vidéoprotection ? 
Karl Olive : Les systèmes de vidéoprotection (pour les communes qui ne souhaitent pas consacrer des budgets élevés) sont de moins en moins câblés par des réseaux de fibre optique ou coax (problème du coût du génie civil pouvant représenter 70 % du budget du déploiement au détriment du nombre de caméras). Les technologies ADSL ou Radio utilisées permettent de réduire fortement la facture. C’est ce qu’à fait Villennes-sur-Seine, Ecquevilly, Jouy-en- Josas, Bièvres… sur la base des produits Mobotix, par exemple. 
Ce qui fait qu’un budget installation comprenant un système vidéo peut se situer entre 3 000 et 5 000 euros en ADSL pour des connexions privées sécurisées : 1 500 euros pour la caméra, 500 euros d’accessoires de montage et entre 1 000 et 3 000 euros pour l’installation du lien télécom et de la fourniture d’un poteau équipé ; ce budget se réduit dès lors que l’on vient à 
poser la caméra sur un mur. Mais ce sont toujours des budgets estimatifs, cela dépend des contraintes de poses.
L’exemple de Villennes, c’est 6 000 euros par point de vidéoprotection (caméra), poste de supervision inclus à la Police Municipale et infrastructure télécom comprises. 
A Poissy, à 7 000 euros par point de vidéoprotection (caméra), poste de supervision inclus à la Police Municipale et infrastructure télécom comprises, il faut se baser sur un budget de 350 000 euros pour 50 caméras, ce qui me semble raisonnable. 
Ce budget bien présenté au FIPD aurait pu être financé en 2010 à 50 %. La mairie ne finançant que la moitié (175 000 euros). Comme le FIPD a trouvé de nombreuses communes intéressées, il est de moins en moins distribué à 50 %, le ministère souhaitant financer de plus en plus de projets différents ou novateurs autour de la vidéoprotection. 
Réfutant jusqu’alors l’idée même de caméras dans la ville et arrivant bien tardivement sur ce marché, la municipalité aura à payer la quasi-totalité de ce financement. 



Vidéosurveillance Infos : Quelles mesures vous semblent les plus importantes pour assurer la sécurité des citoyens ? 
Karl Olive : Ecouter les Pisciacais qui souhaitent davantage de tranquillité dans leur ville et être protégés par des outils efficaces et des anges gardiens qui veillent sur eux. C’est le moindre des services qu’une ville doit à ses habitants. Ce ne sera pas le cas tant que la mairie placera l’idéologie en porte-drapeau municipal. 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Karl OLIVE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le site de Karl OLIVE
  • Le site de Karl OLIVE
  • : Karl OLIVE, conseiller général des YVelines, et président de l'association Coeur de Poissy, vous souhaite la bienvenue sur son site
  • Contact

Time

Recherche

Météo à Poissy